J’écoute la musique urbaine kamer, je parlerai de Mr leo, de Jovi à mes enfants

0
Musique Urbaine Camerounaise
Credit photo @Djcyriusblack

Les générations se suivent mais ne se ressemblent pas. Le monde avance et les mentalités évoluent. Il est très souvent difficile pour une génération d’accepter de se faire dépasser, mais aussi de s’adapter aux règles redéfinies par les générations qui lui succèdent : c’est le conflit de génération.

Dans le monde de la musique ce phénomène est très visible, les anciens se disent outrés par la manière dont la nouvelle génération dit faire de la musique.

Dans une vive discussion avec un patriarche de mon quartier que nous appellerons ici papa Thomas, voilà les points sur lesquels il s’appuie pour bouder la nouvelle génération d’artistes. Tout d’abord, il n’est pas d’accord de la définition que nous donnons au terme ‘’artiste- musicien’’. Il m’explique en effet qu’il ne suffit pas de poser une voix sur un instru pour s’appeler artiste- musicien. Pour mériter ce titre il faudrait en sus savoir jouer d’au moins un instrument de musique.  Puis, il a mentionné le message de la chanson. En effet, « auparavant, les chansons portaient un message éducatif, racontaient une belle histoire d’amour dans les limite de la pudeur » dit-il !
Il m’a ensuite donné quelques éléments qui font de la musique aujourd’hui, selon lui un gros n’importe quoi. Selon lui l’utilisation des logiciel tel que FL Studio ou Cubase à la place des instruments conventionnels est une atteinte au principe fondamental de la musique qui est la production d’ondes sonores à partir d’instruments authentiques comme les guitares, piano et autre. Pour finir il m’a fait écouter le titre MOTO KAWA de Ben Decca comme pour me dire : voilà la vraie musique.

La pensée de papa Thomas n’est pas un cas isolé, nombreux sont-ils dans les générations précedentes qui  estiment que la musique de la nouvelle génération, ou plus précisément la musique dite urbaine et ceux qui la font ne méritent  pas d’être traités comme des artistes parce qu’ils ne le sont pas. Récemment, Mr Ottou Marcellin, artiste musicien camerounais, compositeur ; interprète de renom a affirmé que les artistes de musique urbaine ne devraient même pas être intégrés dans les fichiers de droit d’auteur.
En réaction à ces déclarations de Mr Ottou Marcelin sur Facebook, un internaute répond en redéfinissant le terme musique. Il dit que la musique est l’art de composer des sons agréable à l’écoute ; chacun ayant son oreille d’écoute, ce qui m’est agréable à écouter ne le sera peut-être pas pour tous. Il ajoute que s’il faut suivre la logique de Mr Ottou, Céline Dion ne serait pas une artiste.

Aussi vrai que cette définition courante de la musique est très réductible, j’avoue que dans ma génération, il y’a beaucoup d’aventuriers et de morceaux temporels, mais il y’en aussi qui font du bon. Peut-être pas aussi bon que nos parents, mais il y’a aussi de l’art, du travail artistiquement soigné.

Ma réponse à tous ceux qui pensent comme papa Thomas et Mr Ottou Marcelin est que l’avènement de l’informatique a bouleversé  tous les secteurs de la vie et la musique n’est pas en reste. En effet, avant le développement de l’informatique, la musique se faisait de façon analogique avec les instruments ordinaires tels que le piano, la guitare, la batterie etc. Puis on est passé aux synthétiseurs et ensuite aux logiciels numériques. Le monde évolue et nous utilisons ce que nous avons à notre portée (les ordinateurs) pour faire ce que nous aimons et ceci à notre manière. Mon père gardera sûrement en mémoire les belles chansons de BEN DECCA, DINA BELL, CHARLOTTE MBANGO, BIKOKO ALADIN, PRINCE EYANGO et autres qui sont sans doute de très grands musiciens. Mais, moi, à mes enfants je parlerai de Mr LEO, JOVI, LOCKO, FRANCKO,X MALEYA, CHARLOTTE DIPANDA, DAPHNE, TENOR et autres parce que c’est eux qui ont marqué ma génération. UNE GENERATION ANDROID !

Sinon je pense que les jeunes artistes devraient  apprendre plus « la musique » et connaitre cet art afin de mieux se faire valoir. Le problème ne se limite pas juste au Cameroun… Notons que malgré l’impact du numérique, certains néo-artistes font parfois des créations avec des instruments live et s’inspirent des artistes et rythmes précurseurs.

Vous nous avez tellement mis en marge, mais on réussit.  Ne nous insultez plus s’il vous plait !

Commentaires

commentaires