En 2016, on a vu le cheminement et la variation des tendances musicales populaires. L’ Afropop étant la plus dominante dans toutes ses variétés tend à être redondant et nécessite une reforme en terme de « Sound level & Sound ». Toutefois, les bons chanteurs se sont donné une direction artistique orientée vers l’Afro Rn’B cadencé, on citera ici Kiss Daniel, Locko, Collins, Hiro pour quelques cas. Si les sons au top en Afro pop connaissent des variantes selon les pays, on peut recenser, du Naija, de l’Azonto, de l’afro pop bendskin comme les plus en vogue.

Notons toutefois que les musiques Afropop ne sont pas les seules qui sont consommées. En zone anglophone, le Rap a aussi une place majeure notamment dans les pays d’Afrique du sud et de L’ouest. Des rappeurs tels que Aka, Cassper Nyovest, kwesta , sarkody, Phyno, olamide, Falz pour ne citer que ceux là sont des vedettes. Tandis qu’en zone francophone, l’Afro trap a bien connait une élévation considérable, Maalhox, Franko, Kiff no beat, bop de narr, Mink’s  sont des noms qu’on retient pour l’année 2016.

Nous avons aussi des rythmes tels que le coupé-décalé qui garde une place assez constante, grâce à sa notoriété. Les clubs africains et les événements festifs sont enclins à cette musique, créatrice de codes et de danses urbaines. Rumba, ndombolo, Bikutsi se font aussi leurs place.

Le gout du reggea séduit les artistes Africains

Dans cet ensemble de musiques qui pullulent, on ne va pas manquer de remarquer la présence manifeste de musiques hybrides au ton neuf conjugué de plusieurs autres rythmes. c’est le cas de « la sauce » de Réniss qui a enflammé le dance floor en 2016.

Une tendance qui s’est bien annoncée en 2016 c’est l’ « Afro dance hall » ou « New Afro reggae ». Un soupçon d’Azonto, d’Afro beat. Des fusions du rythmes reggeatown à la musicalité Africaine. Ce n’est pas nouveau en effet, des artistes l’avaient déjà adopté quelques années auparavant. Je citerai pour exemple Magasco dans « Fine Boy » en 2013.  Sarkody feat Castro dans « Adonai » en 2014. Burna boy dans »Like to party » en 2012 et  « Yawa dey » en 2013En 2014 et 2015, nous avons « OJUELEGBA »  et  « Show You The Money » de Wizkid. Il faut dire que le ton a vraiment été donné par ces deux derniers qui on une discographie 80% Afro dance hall. Des tempos, et une  intrumentalisation variée, mais le fond reste organiquement un dance hall.

Maintenant, je vais citer quelques tubes Africains Dance hall et Reggae sortis en 2016 qui ont donné du succès à cette tendance et peut-être engendré la mouvance.

Eugy x Mr. Eazi – Dance For Me (Ghana)

Wizkid – Final baba (Nigeria)

Magasco – Wule Bang bang (Cameroun)

Tiwa savage feat Wizkid – Bad (Nigéria)

Yemi Alade – Want you (Nigeria)

Mr Eazi – Anointing ft Sarkodie

Tekno – Pana

Bebi Phillip- « La vraie force »

Fanicko « Tourne ça bien »

 

Ces morceaux qui ont été au top, redonnent en quelque sorte vigueur au sound sytem Africain qui tendait déjà vers un manquement d’innovation. L’Afro dance hall, c’est un rythme de fond reggae donné par la  bass, parfois dans un tempo, lent, soft, ou rapide. Une coloration plus ou moins hiphop. Un accompagnement par différentes sonorités produits par des instruments  soient folkroriques (Originaux ou électroniques), soient modernes. Le tout pour le résultat d’un double groove.

L’Afro dance hall au Cameroun en 2016

Je vous ai déjà cité Magasco avec le single  « Wule bang bang », j’ajouterai à cela le single « All Vip ». Mais le Cameroun n’a pas eu pour seul répresnetant de ce rythme Magasco en 2016. De nombreux morceaux completent la liste.Bien que les musiques n’aient pas une couleur spécifique. les beatmakers proposent chacun des instrus avec leur touche. Nous avons :

Ewube -« Trowey » prod by Slim Beats

Magasco – « All vip » prod by dj Pazzo

Montess feat Stanley Enow – « Dj play ma song »

Ambé feat Daphné -« Better boyfriend »

Mr léo –  « Jamais jamais »

Mimie – « Dance fi you »

Blaise B feat Mr léo & Salatiel – « Clando »

Les contenus thématiques

Tout comme le Dance hall original, les thèmes abordés dans tous les morceaux cités sont en général, love and dance. La plupart des morceaux de ce registre traitent des relations amoureuses,séduction, drague ou alors d’invitation sur le dance floor.  Toutefois il reste de pluraliser les thématiques afin de rendre la tendance plus attrayante.

La valeur ajoutée de l’Afro dance hall sur l’Afropop est qu’il est composé de deux registres musicaux aux larges déclinaisons. Lorsqu’on parle du reggae on peut avoir des sous-rythmes tels que (reggaetown, raggamurfin, ska, dub, reggae soul et bien d’autres…). Tout comme lorsqu’on parle d’Afro beat on en a telllemnet :Ndombolo, zuglu, rumba, makossa, Benskin, bikutsi… Biensur on peut avoir plusieurs tempo et plusieurs candances, du soft au show dance.

Lorsque vous allez sur internet et que vous recherchez Afro dance hall, il n’y’a presque aucune référence. ce qui signifie que c’est un terrain encore inexploité. Vivement à l’heure où l’afropop est en disparité et en redondance surchargée, cette nouvelle forme d’Afro fusion pourrait être la brèche pour donner à la musique urbaine Africaine une nouvelle couleur, une nouvelle qualité, une nouvelle expérience du « Song ».

Commentaires

commentaires

http://www.voila-moi.com/wp-content/uploads/2017/06/Voilamoimédiatour-partie-1.-Soft.jpeg