En 1993 le musicien Camerounais André Marie Talla révolutionne la musique avec son titre « Bendskin ». Il fut inspiré des rythmes traditionnels Bamiléké  qui se sont urbanisés en conquérant les quartiers dans les années 80-90. Sanza, percussions, tam-tam, bass, guitare électrique sont quelques instruments concoctés dans ce repas auditif exclusif. Folkrore Bamiléké et funk font union dans ce morceau.

La chanson interprétée en langue « Bandjoun » raconte l’histoire d’une jeune femme venue du village pour se marier en ville. Mais qui par la suite se livrera au vagabondage en passant d’homme à homme. André Marie Talla dénonce la frivolité et appelle surtout à la responsabilité et l’engagement des femmes mariées. La vidéo met en avant la culture locale et surtout  le culte de la célébration en représentant la coutume du mariage au Cameroun.
André Marie Talla proposa une forme studio de ce rythme dansant qui deviendra populaire. Sa nomination « Bendskin » est faite en référence aux moto-taxis qui étaient en vogue à l’époque et sur lesquels on s’asseyait avec le corps courbé. D’ailleurs, cette danse urbaine populaire se danse avec le corps courbé et les reins en mouvement avec un mouvement des pieds en avant, en arrière et une rotation sur soi-même.
Voici un titre qui a influencé plusieurs artistes et qui inspire encore toute la néo musique Afro.

Bonne dégustation!

Commentaires

commentaires