Vous avez surement connu en 2014 avec « l’homme, c’est les reins », le titre qui a fait décoller la carrière d’Armand Laklass. De là à « Mbomtolo », « Longo longo »  et quelques autres extraits,  on peut dire que son premier album « Le temps de Dieu » a fait son bout de chemin.

Si ça fait quelque temps que l’on n’a pas entendu parler de lui, Armand Laklass a récemment signé son retour avec le maxi single « Le petit bamiléké ». Tout comme son allure physique désormais changée, l’artiste a, on va le dire cassé le rythme.  Car, dans ce nouvel opus, il explore les vibes de ce qu’il appelle la pop kossa. Loin des morceaux super show et dansants dans lesquels on l’a connu avant, le petit bamileké donne plus de valeur à l’acoustique, mais surtout au lyrisme. Durant la conférence de presse de présentation dudit maxi, Armand Laklass expliquait que c’est pour lui une façon d’exploiter tout son réel potentiel. Mais aussi de ne pas se faire représenter comme cet artiste qui officie uniquement dans les morceaux de shows.

L’histoire du « Petit Bamiléké »

Selon Armand laklass, ce titre est inspiré de plusieurs histoires vraies. C’est le récit d’une jeune homme qui se battait dans la vie et qui n’avait pas grand chose. La petite amie de dernier malgré les difficultés qu’il traversait, ne l’a jamais abandonné durant 12 années de relation. Le titre est non seulement une façon de célébrer la femme et l’homme persévérant.  Il fait référence à des exemples tels que Fotso Victor, Emannuel Tchatué et bien d’autres riches hommes Bamiléké. Pour ce dernier, cet hommage au peuple bamiléké est mérité car il apprécie la façon dont ceux ci se battent dans la vie pour arriver à s’imposer. Ces derniers sont pour lui des models.

Dans le clip on a des acteurs tels que le danseur Ngando et la chanteuse Mama Nguéa,dans les roles de parents de la fille. Des scènes qui construisent l’histoire de la chanson avec une jeune fille de lycée et un homme qui évolue entre petits metiers. Amour collégien et adolescent, intermittence parentale, galère et love. La vidéo montre l’évolution de la relation au fil des années de la difficulté à l’aisance

Voilà un message qui passe bien. C’est une double célébration qui est ici. Entre chant soft, danse cool & slow,groove le morceau présente une certaine maturité de l’artiste. On peut ressentir ici les influences  artistes d’Armand Laklass à l’instar de Tom yoms, Koffi olomidé,Belka tobis, Ben décca , Richard bona.   

Découvrez et appréciez « Le petit bamiléké »

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire