Boy TAG est un jeune rappeur Camerounais de la ville de Buea. Il fait partie des artistes du label Steven’s auquel appartient Daphné. Il se fait découvrir depuis quelques temps à travers des performances freestyle qu’il livre. Albinos de son état, un image qui le singularise en tant que rappeur, à le voir on serait loin d’imaginer pas de quoi celui ci est capable.  

En termes de style musical, Boy TAG associe du rap et du tribal, rimeur, kickeur. On retrouve dans ses morceaux des chants folkloriques et animations traditionnels traduisant un certain attachement au racines. Coté flow c’est du lourd il faut de dire, technique, phases, vibes et énergie y sont. Son flow est d’ailleurs l’un des  l’écoutant on sent un fort attachement à ses origines, ce qui lui donne une identité forte.

Conceptuellement, c’est une sorte de folie dans l’art que ce dernier expose.  Une autre chose remarquable sur Boy Tag, c’est sa capacité à utiliser aisément plusieurs langues. Camfranglais, pidgin et sa langue maternelle le « Medumba » se retrouvent mixés dans ses couplets.  Tout cela dans une écriture fun teintée de gimmick.

« Mignoncité », son premier single officiel

Auteur, compositeur et beatmaker, cette oeuvre été pensée et conçu par Boy TAG. Fan des musiques du pays bamiléké, il a eu l’idée de mettre à jour la musique du titre « Mignoncité » de Guy Watson. En effet, le beat d’origine a été transposé dans un genre Afro trap. Très animé, Boy Tag a donné disons une nouvelle coloration.

Dansant, ambiancé, fun, provocateur et ironique, le sujet est resté le meme que celui de Guy Watson. Mais dans ce cas de figure, Boy Tag essaie de dire aux femmes qu’elles n’ont pas besoin d’artifices pour se faire belle, chacune est bien comme elle est. Prônant par là la beauté intrinsèque, et la valeur naturelle, le clip illustre sa critique avec des scènes humoristiques. Des scénarios aussi originaux que le morceau, le clip est signé Dr Nkeng Stephens. Le défaut par contre pour ce dernier semble être l’écriture qui n’est pas très structurée et profonde.

Extrait : 

(Patois) me len bë Nsi fa ta jü wu ze à nda wu sa rë la maman.
(Traduction) je sais que Dieu t’a donner quelque chose unique

(Patois) mu m’en zui fit l’en ne n’a chang ke l’en ne tui’te nda maman
(Traduction) Une femme peut savoir préparer mais sait pas nettoyer la maison.

Pour un début de carrière Boy TAG s’annonce très prometteur. Faisant partie des plus talentueux rappeurs du moment au Cameroun (les connaisseurs de rap le savent), il faudra garder un œil sur lui car son potentiel est fort.

Découvrez et appréciez son premier single.

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire