LIRE CET ARTICLE EN ANGLAIS ICI

Si vous voulez mon avis, l’album « Here to stay » est l’un des meilleurs disques sortis entre depuis 2015 au Cameroun. Notamment en termes de direction artistique. Plus ou moins communiqué avec des limites, ses extraits tracent une assez bonne évolution. Apres plus de 09 titres extraits de ce disque, elle a offert en exclu, il y a quelques temps l’audio de son titre « Calée », et depuis hier soir le clip vidéo.

daphne album here to stay

Commençons par l’audio

Daphné a une belle voix, très aiguë, piquante et glu glue si l’on veut. Comme je le dis habituellement, elle n’a plus besoin d’autotune sur sa voix. A l’écoute de « Calée », le constat est que ce défaut commence à être légèrement corrigée. Ici l’arrangement a donné plus de valeur à ses deuxièmes voix et ses backs qu’on peut mieux à défaut des cris d’habitude. Niveau chant c’est déjà ça! du moins c’est mieux…

Vibe, émotions…

C’est naturel pour Daphné d’émouvoir dans son chant, il y a un effet mignon lorsqu’on l’écoute. Ce qui est bien c’est cette facilité qu’elle a de se glisser dans plusieurs styles de musique en gardant son identité RnB. C’est le cas avec ce titre dans lequel au niveau des vibes, elle gère bien… Ce n’est pas ennuyeux, elle épouse bien sa musique. Le son libère, la joie, l’émotion positive, la galanterie, du glamour et  même une envie de séduction.

La musique

C’est du même registre que ses titres Ndolo, Broken, Mother love, Reflection et bien d’autres de ses morceaux. Ce titre la définit encore plus, notamment en tant que chanteuse Afro moderne. Mélangé de zouk, d’un soupcon de reggae dance hall et d’afropop soft. Il y’a surtout ces percussions en fond de la musique qui drivent le morceau et  On retrouve ici une symbolique imagée de Monique Seka en mode Afro Rn’b. Lol !! C’est dans ma tête que ça se passe. C‘est la même chose que je perçois quand j’écoute « Nakupenda » de Yemi Alade.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au niveau de l’écriture… Le concept «  Calée »

Les artistes aujourd’hui n’exploitent que leur quotidien. Conceptuellement « Calée » exprime le fait qu’elle est « Tombée » comme on dirait en France (cf Pascal obispo) ; ou alors « Fall in love » comme on dirait au Nigeria (Cf Chidima). Mettant ici en exergue un amour presque endiablé, Daphné raconte une story love. Entre extrême et évasion, en  plein amour de jeunesse,  elle exprime ici le risque qu’elle est prête à prendre, car elle est « calée ».

Ce qu’on peut apprécier, c‘est d’abord ce côté osé et subtil dans l’écriture. Cela met une touche de maturité… Puis son mélange de Camfranglais et de pidgin avec le zeste d’humour lyricale. Enfin, ce penchant vers la séduction, le sensuel  et l’insistance sur le sentiment.

« Maman, je suis calée oh, le gars la me bolé avec son regard…. Je risque des conséquences, je m’en fous… »

« Facon tu me touches, façon tu me… Tu veux ma mort »

« I know that you love me, mais je t’aime plus fort… I know that you need, But i need you more »

« Baby boy, you are  the man who send me on fire… ».

Le clip vidéo

Nombreux sur les RS n’ont pas hésité à faire le rapport direct sur ce clip et « Fallen in love » de Chidima. Surement à cause la texture apparente, le décor et l’idée de débuter en salle de classe. Mais si cela est vrai jusqu’où le clip fait  s’est -il inspiré de Fallen in love ? On peut remarquer dans le clip que 80% du scenario n’ont aucun rapport avec le clip de Chidima.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le clip est beau et, de façon indépendante les scènes sont très bien jouées. Entre amour de lycées et scènes de séduction. On peut apprécier l’imagination avec des scènes telles que:

  • Le jeu de séduction, entre Daphné et son amoureux dans la chambre (Son vêtement intime, la liberté et la permission que les acteurs ses donnent représente valablement dans l’esprit du morceau)
  • La valorisation de la culture Camerounaise avec l’apparition « Eru » dans le clip
  • La valorisation du patrimoine par les belles images de la nature prises sur la cote du Cameroun.
  • La scène de fin dans la nature entre les rochers de la mer ressort bien le côté tropical que transmet le morceau.
  • Les danses aussi bien calibrées, sans exagération vont bien. Ce n’est pas raté comme dans le clip de son titre « Madingwa »
  • La projection que celle-ci se fait avec le garçon par qui elle est séduite. Une belle transition par laquelle le réalisateur, fais un plan sur l’iris afin de nous projeter sur un nouveau scenario. Ça fait un peu « Dashiki » de Reniss, mais quand c’est bien triché ça va.

Toutefois, de mon point de vue,  on devait nous faire revenir à la réalité à la fin du morceau. Celui qui prend la vidéo en cours ne saura pas que nous sommes dans l’imaginaire de celle-ci.  Si par contre on n’est pas dans l’imaginaire, on peut relever une certaine incohérence, car,  on ne peut pas quitter du collège à la demande de mariage sans qu’on ait vu les acteurs grandir.

Sinon je pense qu’on a bien exploité sans exagérer les capacités physiques de Daphné dans le clip, c’est vendeur et illustratif du contenu audio. Elle rappelle beaucoup Grace Decca.

Récapitulons !

Dans l’ensemble, le produit mérite l’attention et est à mon avis bien parti pour marcher, on relève de nombreuses corrections.

  • Originalité/Direction artistique : 07/10
  • Contexte : 08/ 10
  • Performance chant de l’artiste : 6,8/10
  • Ecriture : 8,3/10
  • Composition : 08/10
  • Musique : 08/10
  • Clip video (A l’échelle locale): 8,3 /10

Le produit  final : 7,8/ 10

A vous d’écouter…

Commentaires

commentaires