Aujourd’hui il y a cette grosse polémique autour de la 11 ème édition des Canal d’or et à vrai dire de nombreux acteurs et fans de Mboa urban music pensent qu’il faudrait une distinction qui valorise vraiment ce secteur. Pourtant personne ne se pose la question qui est l’intitulé de cet article « Et si les Mboa hip hop Awards existaient encore « . Comme si on avait oublié ces 06 années durant lesquelles les artistes hip hop se voyaient récompensés pour leur travail chaque année.
Aussi vrai que personne (ou presque personne) ne semble manifester une approbation crédible sur les dits awards de musiques urbaines qui se font ces dernières années. Je mélange dans tout ça « Les green award », les « urban jams award », le tout récent « Carmuca » et tous les autres que je ne connais pas. Oui je ne connais pas parce que ces dites récompenses me semblent être juste des initiatives engagées mais sans impact réel. Les organisateurs pour la plupart disparaissent en cours d’années et n’existent qu’à la fin lorsque leurs fameuses nominations doivent tourner sur whatsapp. Cela d’ailleurs par le biais des pauvres artistes qui se voient considérés et nominés pour la première fois pour une distinction.
Non, mais sérieux! on se plaint des Canal d’or mais à voir nos propres initiatives, on dirait que les organisateurs de ces awards qui ne laissent aucun écho, ne pèsent pas eux même l’importance et les rouages clés de ce genre d’initiative.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pourtant Blaxity l’avait compris avec les Mboa hip hop awards, mais …

En fait ce qui n’a pas marché c’est :

Tout d’abord l’ego de Tony nobody, porteur du projet qui avait fait le logo et l’icone de l’award à son effigie. Le gros ndem, car cela montrait qu’il voulait se positionner au dessus des autres. On a d’ailleurs taxé, l’événement de « Tony nobody awards ».

Ensuite, l’autre chose qui n’a pas marché c’est le lobbying. Au fur à mesure des éditions l’on constatait que les choix des nominations n’étaient pas objectifs et que les récompenses n’étaient pas offertes aux méritants. Il eut d’ailleurs des plaintes et des remontées faites par plus d’un. Killamel qui avait déclaré ouvertement qu’il ne veut plus voir ses oeuvres sur les projets de Tony. Il eut aussi Boudor qui, en 2011 après avoir eu la récompense de meilleur maxi single, déclara ouvertement lors de la cérémonie trophée à la main que, DUC-Z est celui qui méritait d’avoir cette distinction tout en la lui remettant. Tout cela montre que les distinctions ne se faisaient qu’au gré de la décision malhonnête de l’organisation.

Enfin, le mauvais traitement des autres. Durant plusieurs années, les acteurs invités se sont plaint de la façon dont on les traitait au niveau de la réception, mais aussi du détournement des cachets donnés par les sponsors. La goutte d’eau qui fera déborder le vase sera la tenue de l’édition 2012, la dernière, durant laquelle de nombreux invités ont dormi à la belle étoile pourtant ayant fait le déplacement pour la ville de Limbé où devait avoir lieu la cérémonie. De nombreux rat-le-bol, d’énervements et surtout de désolidarisation. Cet article du Blogueur Frank william mbactchou en parle d’ailleurs… CLIQUEZ ICI

Si l’article de Frank parle de l’après événement ,celui du site « cultureebene » s’est placé en perspective en interrogeant « Mboa hip hop awards 2012 : Programmé pour échouer ? » LISEZ ICI. Une analyse qui s’est avérée  bien vue sur le temps car les MHHA n’existent plus depuis déjà 04 ans .

Des vagues de décrédibilisation et d’indignation auprès de la personne de Tony Nobody, l’ont d’ailleurs poussé à se justifier et manifester son affliction à travers une lettre ouverte qui ne fut pas sans réponse. Voici un extrait :

Mais Très personnellement
A mes « frères » Taphis, Izmo, Romy, Idrissou, Brice Albin, Bilik … et Tous ceux que je n’ai pas cité, tous ceux qui se reconnaissent, tous ceux qui ont versé dans de la méchanceté pure et gratuite, tout ceux qui ont montré de jalousie effrénée, tous ceux qui ont versé dans des bassesses et faiblesses de basse nature, c’est vrai qu’on n’est pas obliger de s’aimer, et très sincèrement, je ne vous en veux pas ! Au contraire moi je vous aime et je vous aimerai toujours et toujours car je vous connais et je vous admire pour toutes vos qualités. MBOM ! Ce n’est pas moi qui fais cette culture, c’est cette culture qui me fait.

Lisez la entièrement ICI

Mais, pour beaucoup, Tony se présentait plus comme un messie qu’un réel promoteur. Le blogueur TATLA MBETBO Félix lui envoya d’ailleurs deux lettre ouvertes. LISEZ LA LETTRE ICI . Des retours tels que celui de Brice Albin et bien d’autres ont été recensés.  Tout concluait à dire que l’initiative avait déçu la majeure partie des acteurs qui décriaient le sectarisme et la conservation dans ce projet et dans le milieu en général.

Pourquoi j’ai produit cet article?

Pionnière du genre pour ce qui est du mouvement urbain 237, le MHHA a été une plateforme qui réunissait chaque année les acteurs autour de la célébration et la valorisation de leurs efforts. En 06 années, nombreux ont pu apprendre, échanger, se rencontrer bien avant qu’on ne se focalise sur les manquements. La promotion du hip hop Kamer est passée par là. Tant sur le plan de la promotion médiatique, tant sur la plan de la réalisation événementielle, que sur le plan scénique, puisque c’est par là de jeunes performances ont été vues pour la première fois. L’effort était vraiment digne d’un respect distingué quand on réalise que c’est de 2007 à 2012 que la cérémonie s’est consécutivement tenue.

S’ils existaient encore, les Mboa Hip hop awards auraient tenu sa 10e édition cette année. De plus avec l’essor qu’a connue notre musique ces dernières années, la cérémonie aurait une envergure incomparable, même aux canal d’or. Toutes les bases étaient bien fixées, de l’idée de l’initiative à la qualité de ses personnes ressources. Les nouveaux soient disant awards devraient s’en inspirer. Mais ne l’oublions pas c’est l’ego qui a détruit ce grand projet.

Pour ce qui me concerne et ça n’engage que moi, je milite pour que les Mboa hip hop Awards renaissent. Mais sans l’effigie de Tony! Lol!

Cordialement!

 

 

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

  1. Bel article mon ami Atome. Mais je pense que les raisons pour lesquelles cette cérémonie a échoué n’était pas fondées.
    Nombreuse sont des cérémonies de récompenses aux états unis qui portent les noms et les effigies de leurs fondateurs, qui marchent bien. Pourquoi pas un mboa awards avec l’effigie de Tony? Si ça se fait aux USA pourquoi pas ici?
    Vivement que cette cérémonie revienne.
    Bonne continuation à toi et beaucoup de courage.

Comments are closed.