Interview avec Pacôme : Les raisons qui m’ont poussé à créer mon label.

Je me suis posé la question celle de savoir comment je fais pour être le plus original possible et permettre aux jeunes camerounais d’écouter le meilleur des musiques urbaines de chez nous?

0
Interview avec l'animateur radio Pacome

Salut Pacôme, on te connait en tant qu’animateur sur la radio Ell’fm à Douala, mais avant ton programme My Groov, tu as une histoire…

  1. Peux-tu te présenter de façon générale et revenir sur ton parcours de façon brève ?

Pacôme Bougong, originaire de la région du centre – Cameroun, je suis communicateur, animateur des programmes radios et télé passionné de l’événementiel et du Marketing Opérationnel. Mes débuts se font sur la radio RTM en 2009 dans l’académie AdoMoov. En 2011 je suis animateur stagiaire sur Nostalgie Radio, de janvier à Juin 2013 je suis animateur du 10h – 12h sur Campus FM, de Juillet à Décembre 2013 je produis l’émission A LA RADIO qui est diffusée sur Vision TV, de Janvier à Juin 2014 je suis chroniqueur dans le 18h30 – 19h30 de Sweet Fm. De Septembre 2014 à nos jours je suis animateur et responsable de la force de Vente de la radio ELL’FM.

  1. Cela fait 2 ans que tu tiens le programme My Groov qui est centré en particulier sur les musiques urbaines locales. Pourquoi avoir choisi d’orienter ton émission dans ce sillage ?

Premièrement, Il faut refuser de voir ou d’entendre pour ne pas constater la percée considérable que fait la culture urbaine dans notre pays. Ce succès influence considérablement et positivement le quotidien des jeunes de notre cité d’où la nécessité d’avoir une véritable plateforme de révélation des talents, d’encouragement et de promotion des musiques urbaines de chez nous. Deuxièmement, je me suis posé la question celle de savoir comment je fais pour être le plus original possible et permettre aux jeunes camerounais d’écouter le meilleur des musiques urbaines de chez nous? Pour finir, j’ai intégré le fait que nous devons nous battre chacun dans son domaine pour construire le véritable industrie de valorisation des talents de chez nous. D’où My Groov’.

  1. Jusqu’ici qu’est ce que tu as appris de ce domaine de la musique ? Quelles sont tes impressions après sur son évolution aux sorties de l’année 2016?

J’ai appris que la jeunesse camerounaise est très talentueuse et elle en veut; que la musique urbaine camerounaise peut facilement participer à l’unification des peuples et des cultures. Elle évolue bien il faut juste un peu de discipline et d’humilité dans le Game, du sérieux dans la rédaction des textes et que, soit rapidement mit sur pied un véritable marché de partage d’expériences.

  1. Il y’a quelques mois, tu présentais officiellement ton label « BLACK HOUSE » qui est en même temps une structure Entertainment. Peux-tu nous expliquer ce qui t’a poussé à te lancer dans cette forme d’entrepreneuriat ?

Comme tout projet, cette jeune structure vient répondre de façon PacômeLesAutres aux problèmes d’un autre genre posés dans les domaines de la production audiovisuelle et du développement artistiques. Dans les prochains mois vous allez avoir le détail sur le pourquoi et la plus value de ce label.

  1. Et si tu nous parlais de Black house de façon plus détaillée. Quelles sont les déclinaisons de cette structure ?

Black House est une structure qui fonctionne de manière légale depuis le mois d’Octobre 2016. Ses domaines d’activités sont la communication et la production audiovisuelle. Elle comporte trois départements :

  • Black House Concept : pour la conception des supports de communication (Infographie 2D et 3D), des produits média et événementiel, des logos, des plans de communication numérique, des plans d’actions de mise en œuvre des actions promotionnelles, etc.
  • Black House Music : pour la conception des beats, les prises de voix. L’arrangement, la programmation, le mixage et le mastering des éléments sonores. Etc.
  • Black House Film : pour la réalisation des films, des documentaires, des séries, des spots, des reportages et publi-reportage, etc.Black House
  1. Tu présentais à la presse le premier artiste signé sous ton label, PANIC qui a un maxi nommé « Le jongleur » dans les bacs. Pourquoi avoir porté ton choix sur lui ?

Premièrement parce que Panic est un artiste pluriel,  avec beaucoup d’aisances, il surfé sur les vagues de plusieurs styles qui se rattache au Hip Hop. Il faut montre se genre de talent au Cameroun et après dans le Monde. De deux l’histoire entre Panic et Black House est une histoire qui dure depuis 2004.

  1. Aujourd’hui PANIC est en promotion avec de beaux clips vidéo proposés par le label. Quel sera la suite en termes de développement de sa carrière ?

Durant le mois de Décembre nous avons finalisé la vidéo du titre « Jongleur » et pendant les 02 premiers trimestres de l’année 2017 nous allons continuer avec la promo du maxi-single Jongleur et des vidéos qui seront bientôt disponibles avec la grâce de Dieu. C’est le tout premier projet officiel de l’artiste et du Label donc il faut suffisamment préparer le marché.

  1. « Black House » est aujourd’hui une startup, comment ton équipe et toi avez-vous pensé à la développer en 2017 ? Quels sont vos projets ?

Jusqu’ici Black House travaille avec des partenaires chez qui nous louons le matériel pour réaliser nos travaux. Donc le véritable projet de Black House durant 2017 est de finaliser avec l’acquisition de notre propre matériel de travail, ce qui nos permettra de finaliser avec l’installation de notre studio d’enregistrement à fin de proposer des services de qualités à notre potentielle clientèle. Egalement nous allons continuer de développer des techniques de communication sur la toile pour le meilleur positionnement de nos produits et services. Sur le terrain, nous resterons très présents pour la veille concurrentielle et pour assurer une bonne communication de proximité.

  1. Pour sortir PACÔME, peux-tu dire quelques choses à l’endroit des différents internautes qui ont parcouru cette interview ?

Aux internautes, je souhaite le meilleur pour l’année 2017 et je les invites à aller faire un tour sur les différentes pages numériques (Facebook, Instagrm, Twitter et youtube) de Black House pour se mettre en phase avec l’évolution du projet. Merci beaucoup à la Team Voilà – Moi pour l’intérêt à moi porté, bien de choses à vous. .    

Merci Pacôme de nous  avoir accordé ce moment d’échange avec toi.La team « Voilà-moi ! » te souhaite une très  bonne continuité.

Ce sujet vous interpelle? N’hésitez pas à donner votre point de vue (par un commentaire ou un  partage).

 

Commentaires

commentaires

http://www.voila-moi.com/wp-content/uploads/2017/06/Voilamoimédiatour-partie-1.-Soft.jpeg