Le rôle des sites et blogs dans la promotion artistique, musicale et culturelle. PARTIE 1

Nous vivons l'ère du numérique, l'époque du 2.0, du web interactif. Bien au-delà de la fameuse maxime que l'on nous donnait il y a 15 ans en  classe de 6e "L'informatique est l'outil du 3e millénaire". Aujourd'hui il est devenu incontournable de se construire sans le digital, quel que soit le domaine. Toutes les organisations et personnes  positionnent leur produit afin que l’on puisse le retrouver facilement le retrouver quel que soit l’endroit où l’on se trouve sur le globe.

0
Le role des Blogs de musique

Notez Bien:

  1. Les sites de musique dont nous parlons n’incluent pas les plateformes d’écoute, d’achats et de téléchargements de musique. Mais plutôt des sites qui traitent de façon interactive, l’actualité, l’activité et la production dans le secteur musical régionalisé.

  2. Nous allons prendre pour cas le secteur musical et culturel Camerounais pour cette série d’articles.

L’industrie musicale a connue un bouleversement total cette dernière décennie, tant au niveau des habitudes de consommation, de la distribution, que de la promotion. Aujourd’hui, la vidéo, l’audio, et même la publicité se font via les outils du digital, et il y’en a une infinité. Le web a apporté une pratique plus démocrate de se nourrir en information, à tel point que tout peut venir à nous par le biais d’une recherche.

Je vais partager deux cas avec vous, l’un triste et l’autre qui fait rêver :

  • Tapez le nom d’un ancien artiste Camerounais des années 1970-80-90-2000 sur google, Yahoo, Bing, Ask ou tout autre moteur de recherche. Vous verrez qu’il n’y a pas grand-chose pour la plupart, si ce n’est une courte biographie rassemblée par Wikipédia, ou encore des vidéos postées sur YouTube par un anonyme gentil qui voulait partager. Généralement, non datées, et parfois même non titrées. Conséquence : de nombreux artistes Camerounais n’ont pas d’histoire dont la jeunesse actuelle ou les chercheurs peuvent s’abreuver. Ne parlez pas surtout des archives de presse écrites, radio, ou tv, l’accès à tous n’est pas possible d’autant plus que la démarche n’est pas  aisée. Ce cas de recherche s’applique aussi sur bon nom d’artistes contemporains…
  • Ensuite le deuxième cas  dont je vais vous parler est celle du site de musique français www.booska-p.com qui est aujourd’hui une référence dans le domaine de la presse musicale et culturelle en France. Ce site a été créé en 2005, couvrant toute l’actualité du rap français, interviews, clip vidéo et actus. Le site est devenu la première plateforme par laquelle on s’informe sur le rap avec plus 2,5 millions de visiteurs par mois. En 2012, Booska- p fait un revenu de 300.000 euros (195.millions de FCFA) basé essentiellement sur la pub, l’habillage du site et les contrats avec les majors et labels de musique. C’est sur Booska-p qu’on découvre en grand public groupe Sexion d’assaut il y’a quelques années.

Ces deux cas  aussi opposées qu’ils soient montrent en effet la place du média internet et c’est sur cela que nous allons nous étaler. Dans d’autres pays du monde, il existe de nombreux sites comme booska-p. Des sites, des blogs qui servent de média à la musique.Le role des Blogs de musique

Au Cameroun l’on peut encore tristement constater que les artistes, promoteurs, labels et beaucoup d’autres acteurs du milieu culturel négligent la blogosphère musicale. Très souvent par ignorance, par refus, manque de méthode ou alors de perspicacité.

Voici les manquements que l’on peut constater chez certains artistes:

  • L’absence d’un bon référencement sur internet (Interviews, biographie, activités, Actualités, histoire, photos, informations comparative…);
  • La lenteur de la promotion de la musique;
  • La centralisation et la monotonie communicationnelle;
  • La limitation de la fan base à une page Facebook.

Oui ce sont là quelques limites que nos artistes ont parce qu’ils n’intègrent pas les sites et les blogs dans leurs chaines communicationnelles.

Pourtant l’on peut constater avec des phénomènes tel que « hein père » ou « coller la petite » que les sites culturels ont joué un grand rôle dans la réussite de ces projets. Tapez la recherche de l’un de ces termes, vous verrez que 90% des  articles sont des ceux des sites culturels Camerounais qui ont écrits sur le titre ou sur l’artiste avant comme après. Sans eux Stanley ou Franko ne seraient  pas aussi visibles et archivés sur le net

Beyoncé a plus de 64 millions d’abonnés sur sa page mais la publication ci-haut montre qu’a l’annonce du nouvel arrivage des sous vêtements de sa marque, elle n’a que 67.000 likes, 4200 commentaires et 1600 partages.

Une page facebook, un site, un compte twitter c’est bien, mais ce n’est pas assez…Pourquoi?

Il y a plusieurs justifications :

  • Tout d’abord parce Facebook, bien qu’il soit le RS le plus populaire, ne vous permet pas d’atteindre tout le monde, malgré les partages … lorsque vous avec 100.000 j’aime sur votre page, vous avez environ 25% d’eux qui sont réellement abonnés. Et, lorsque vous faites une publication la plupart du temps vous n’atteignez que 15 à 30 % du nombre d’abonnés, ce qui réduit considérablement la possibilité d’être vu par les 100.000 personnes aiment votre page.
  • Deuxièmement, facebook ne possède la fonctionnalité  de recherche instantanée qui permet de retrouver facilement des publications datant de façon aisée. C’est une limite pour un artiste qui se cantonne à cela.
  • Ensuite, il faut savoir que Google et Facebook sont des conquérants, il est difficile de taper une recherche sur un artiste et tomber directement sur sa page. Et quand bien même c’est le cas, vous aurez une difficulté pour trouver un contenu spécifique
  • Puis notons que si l’artiste possède un site, celui ne sera référence que grâce à son trafic et ses tags. Autrement dit il peut avoir le site d’un artiste, mais lorsque vous taperez son nom sur un moteur de recherche, vous ne le verrez pas sur la première page de résultats.

Les encyclopédies libres tels que wikipedia sont en effet des agrégateurs d’informations qui se réfèrent aux sites et aux blogs qui rapportent sur l’activité de l’artiste. Plus il y’a des informations qui concordent plus il est facile pour les robots de faire une fiche automatique sur l’artiste. A tel point que si vous taper Locko sur internet, vous trouverez une biographie, les dates de sorties précises de chanson album et bien d’autres.

Pourquoi il est important d’avoir un contenu écrit? Et pourquoi les blogs sont importants dans le processus de notoriété, et surtout l’archivage d’un événement ou du renseignement sur un artiste et sa musique.

Nous le verrons dans la suite dans la deuxième partie de cet article…

 

Commentaires

commentaires