Comprendre l’impact de la musique sur la psychologie

La déviance est une transgression des normes sociales en vigueur, c’est un comportement ou une conduite qui manifeste une transgression. Bon nombre d’artistes camerounais de nos jours inondent le marché discographique avec des musiques qui, non seulement transgressent les normes sociales mais font énormément du succès. Maalhox Levibeur, Franco, Tchakala VIP , Mani bella ou encore Reniss pour ne citer que ceux-ci. Mais quel est l’impact de ces musiques sur nos jeunes et nos enfants?
La déviance est générée par l’imitation, l’intériorisation et l’ingestion des vedettes (artistes) qui se manifeste par la recherche d’un état physique et mental, une sorte d’auto-hypnose, une catharsis. Il ya aussi parallèlement une réaction à cette emprise du modèle valorisé par les médias et les industries de programmes dans la mesure où les créations se définissent comme une combat intérieur. Allez donc comprendre que la musique déviante détourne les jeunes. Je serais vous, je ne conseillerai pas à mon enfant d’avoir pour modèle cette catégorie de Stars.

Musique et déviancePourquoi parle t’on de musique déviante?

La musique adoucit les mœurs, c’est un dicton bien connu d’autant plus qu’il est vrai. Ainsi la musique a mille et une vertu. Selon le site mamanpourlavie.fr, dès la naissance, le bébé reconnaît les musiques préférées par ses parents, écoutées pendant la période de gestation. In utero, la musique le détresse et éveille également ses fonctions cérébrales. Il est donc important pour les parents de savoir quel genre de musique écouter et surtout chanter lors de la grossesse et après accouchement du bébé. De plus il est démontré que les enfants ont tendance à vite capter le mauvais. Vous n’aimeriez pas entendre votre enfant vous dire « mouf ta maman », « l’homme c’est l’homme tant ça se lève « , « je veux le mbit »ou vous répéter des paroles à tendance pornographique écoutées dans une chanson. Attention donc au genre de musique que vous faites écouter ou que vous laissez écouter vos enfants.

Commentaires

commentaires