Home Musikanalyse TENOR « A L’imparfait », l’analyse d’Atome

TENOR « A L’imparfait », l’analyse d’Atome

0

NB : Le lien qui figure dans cet article n’est pas un lien officiel du morceau. La chanson a été envoyée uniquement en hors-média via les forums whatsapp par le manager de TENOR. Sûrement pour évaluer sa réception.

Allons y! 

Intelligence + créativité. C’est de l’art sous une forme expérimentale. On a une mise en valeur des sonorités de la forêt notamment le Ewang prolongé vers  le bikutsi électrique. Entre les sons des musiques patrimoniales pygmées de la forêt équatoriale et ceux du bikutsi non stop, les samples sont bien faits. La partie chant est très colorée et originale. Par contre, le morceau est Cacophonique et un peu superflue au départ. L’écriture est faite un style conteur à la Donny Elwood.

Coté Rap. Il y’a rien de Rap dedans, que ce soit le beat ou la performance de Tenor c’est juste une néo forme musicale expérimentale faite par quelqu’un qui des influences Hiphop. Rappelons que la musique a des règles poétiques à la base, il n’y a pas que le rap qui rime et fait des vers.  Bien que le conte qu’il raconte donne envie de connaître la suite et qu’il le fait intelligemment, on peut déplorer le fait qu’il ne passe le message concrètement qu’à la fin. Un message qui pèse et qui a bien choisi son regard. Tenor se place dans le futur. Le rapport avec Toto(dont il parle n’est perçu qu’à la fin.

« T’es tu déjà demandé ce que tu laisses de bien au monde quand tu seras à l’imparfait… Tout ce qui est sur terre est éphémère, donc on remet  à Dieu car on sera tous à l’imparfait. Facebook à l’imparfait, snapchat à l’imparfait, Instagram à l’imparfait, twitter à l’imparfait »

Voilà qui interpelle sur le fait qu’on doit éviter de s’enfermer dans les inutilités sur les réseaux sociaux.

Niveau commercial, ça ne l’est pas a priori car le son vise apparemment juste la mise en valeur du coté créatif de TENOR, avec un clin d’oeil à ses racines. Notamment aux TETES BRULEES qu’il a samplé. Son beatmaker Ramzy a fait de belles transpositions. C’est une suite conséquente de la musique de Kaba Ngondo si l’on se fit au rythme. Sinon c’est réfléchit et ça laisse présager du bon pour l’avenir, genre la réserve de Tenor est grande et on peut s’attendre à le voir au delà du rap. Son laboratoire est plein d’innovations et Tenor veut sûrement proposer une nouvelle expérience du son. Le délire + L’originalité(Identité)  + L’innovation + La pertinence + La gimmick + Le modernisme (de son époque). Cela comble une de ses faiblesses qui est la monotonie (Car son flow ne change pas beaucoup). Il l’a compris et se re-invente. Attendons le chanter bientôt… Pour cet opus qui a été envoyé en test, il est claire que ce n’est pas le plus commercial des morceaux vu son contenu structurel, mais son côté osé et fou laissent dire que sur scène ça pourrait être une belle prestation. Peut-être en l’écoutant en boucle le public (qui est déjà sous le charme de TENOR) pourrait tomber sous l’hypnose, vu que les surprises ont toujours défiés le conventionnalisme.

En termes d’écoute personnelle, ça fait surtout plus un jingle, un fun tone ou une comédie musicale (fait dans un style de conteur africain). Ce qui n’est pas mauvais en soi. Tenor va vers le futur et on peut bien se demander ce qu’on dira de lui à l’imparfait.

Note d’écoute sur la base de cette argumentation : 07/10 (Cela repose sur la créativité et l’idée)

Commentaires

commentaires